Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial
Propositions de la Fondation David Parou Saint-Jacques
Site en cours de construction 

Vous êtes ici : AccueilLes chemins en FranceDe quoi aurions-nous eu l'air ?

De quoi aurions-nous eu l'air ?

Les promoteurs des chemins de Compostelle en France ne pouvaient pas imaginer que seul le Camino francés soit inscrit. Les politiques flairaient la bonne affaire et espéraient des subventions ou cherchaient une raison d'asseoir des initiatives qui leur serait utiles.

L'Espagne avait triché, trichons aussi !

L'Espagne avait triché pourquoi pas nous ? Cette réflexion d'un officiel français est un bon signe de l'ambiance qui prévalait en France chez ceux qui se préoccupaient de présenter un dossier pour obtnir de l'UNESCO l'inscription des chemins de Compostelle en France. Et pour tricher à notre tour les " circonsances étaient favorables ", comme l'indique la lettre adressée aux DRAC par le ministère de la Culture (lettre de novembre 1996, signée du Directeur du Patrimoine, Maryvonne de Saint-Pulgent).

La recommandation du Conseil de l'Europe était méconnue de fonctionnaires qui n'avaient que faire des autres itinéraires de pèlerinage et de leur dimension symbolique. Seul comptait un intérêt national à courte vue et sans autre ambition que de ne pas voir la France défavorisée par rapport à l'Espagne, sous couvert d'une inscription " au bénéfice de toute l'humanité ". C'est ce dont informent  les plaques apposées sur les monuments.